Métaphysique et cosmologie médiévales. Héritages philosophiques du Livre des causes

Métaphysique et cosmologie médiévales. Héritages philosophiques du Livre des causes

Une école d’été sera organisée du 15 au 20 septembre à Dijon, dans le cadre du projet « LIBER » financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR-13- PDOC-0018-01) en partenariat avec le Laboratoire d’études sur les monothéismes (UMR 8584, EPHE-CNRS), l’École Pratique des Hautes Études (Paris) et la Bibliothèque municipale de Dijon. Le thème: « Métaphysique et cosmologie médiévales. Héritages philosophiques du Livre des causes ».

Le Livre des causes représente à lui seul la convergence des trois traditions philosophiques (arabe, juive, latine) qui coexistaient dans l’Europe médiévale et qui étaient fortement dépendantes de la tradition grecque. Le Livre des causes a été composé en arabe à Bagdad au IXe siècle à partir des traductions arabes de Proclus et Plotin, et traduit en hébreu et en latin à la fin du XIIe siècle. Les latins l’ont considéré comme un livre de métaphysique et l’ont attribué à Aristote. Après la traduction latine (en 1268) des Eléments de théologie, Thomas d’Aquin montre sa dépendance envers Proclus. Malgré cela, l’ouvrage a été copié, enseigné, commenté, glosé dans pratiquement tous les milieux intellectuels du XIIIe au XVIe siècle, de Paris à Oxford, de Cologne à Cracovie, de Prague à Erfurt, de Naples à Uppsala. Ainsi, dans l’histoire de la rationalité occidentale, le Livre de causes a été la grande source philosophique de la transmission du néoplatonisme, comme le Ps.-Denys l’Aréopagite en a été la source théologique. En suivant les divers itinéraires du Livre des causes et de ses sources, les interventions de l’école d’été mettront en évidence plusieurs aspects de la richesse conceptuelle que l’opuscule hérite de la philosophie gréco-arabe et lègue aux auteurs latins.

Tous les étudiants en histoire de la philosophie médiévale, français ou étrangers, titulaires au moins d’un Master 2 à la rentrée 2014, ou pouvant justifier d’une expérience de recherche, sont invités à déposer leurs candidatures avant le 20 mai 2014.

Vous en trouvez des détails dans les documents joints: Affiche, Plaquette (pdf).

Many thanks in advance,
Best regards,
Dragos Calma

2 Comments

    • La recherche dans la philosophie du Proclus arabe a parcouru un certain chemin certes, mais il reste encore beaucoup à faire de la part des chercheurs et spécialistes, de là je m’invite en tant que débutante hésitante à contribuer dans ces recherches et de creuser un peu sur la question de l’influence de Proclus sur al-Fārābi.
      Proclus traite dans Le Liber causis de la triple classification des êtres ou la soi-disant les trois hypostases : l’Un, l’Esprit, l’Âme, il a essayé de donner une perception rationnelle différente de la perception de Plotin à la nature du système ou de la relation entre ces éléments, Cette relation compliquée avait un profond impact sur les philosophes islamistes tels qu’al-Fārābi dans sa discussion sue l’âme et sa relation avec l’esprit à partir de son livre “message dans l’esprit” ce que nous pousse à poser la question : où consiste l’impact de Proclus sur al-Fārābi en ce qui concerne la problématique de l’âme et sa relation avec l’esprit? Est ce que l’âme est l’esprit ? C’est ce que nous allons essayer de montrer en se référant au livre “Liber causis” de Proclus et au livre “Message dans l’esprit” d’al-Fārābi.

      Reply

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

2 + 5 =